Dogue du Tibet

chien dogue du tibet

Race : LOF/AKC I Taille : Grande I Espérance de vie : 12+ I Éducation : Moyenne I Entretien : Poils longs I Nomenclature FCI : groupe 2, section 2.2, n° 230 I Origine : Tibet.

Considéré comme l’un des chiens les plus gros du monde, le dogue du Tibet est peu connu en France. Il s’agit d’un chien de garde exemplaire et d’un fidèle compagnon.

Dogue du Tibet : les origines de la race

Une race millénaire, gardienne des temples et des troupeaux

On dit que le dogue du Tibet serait l’une des races de chien les plus anciennes au monde, apparue il y a près de 3000 ans en Asie Centrale. Il serait ainsi l’ancêtre de nos molosses et autres mâtins que l’on connaît aujourd’hui.

Tranquille, observateur et très intelligent, le dogue du Tibet était gardien de troupeaux dans les montagnes tibétaines. Il était aussi le gardien des monastères et des temples.

On trouve peu d’écrits sur cette race de chien. Marco Polo a rapporté de ses campagnes en Asie une description d’un animal semblable par sa force et sa taille, notamment dressé pour la chasse.

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’apparaît la première description précise du dogue du Tibet lors de son introduction en Europe, offert par le vice-roi des Indes à la reine Victoria. Le dogue du Tibet devient alors la coqueluche de la reine puis des Anglais qui vont créer de grands élevages.

Le dogue du Tibet, devenu objet de toutes les folies

Si la race est assez méconnue en France, elle est très à la mode ailleurs, notamment en Chine. Depuis une dizaine d’années, le dogue du Tibet est devenu la coqueluche des millionnaires, prêts à débourser d’importantes sommes d’argent pour en acquérir un. Cependant, cette tendance engendre aussi son lot de mauvaises pratiques, poussant de nombreux élevages à faire des croisements aléatoires, donnant naissance à des chiots malades, malformés et fragiles. De même pour les propriétaires qui, sans connaître l’animal, finissent par les abandonner ou les proposer sur des marchés peu honorables.

Quel caractère a-t-il ?

Observateur, courageux et calme, le dogue du Tibet est un compagnon agréable et fidèle. Mais il a aussi un fort caractère. Très indépendant, il est un excellent protecteur, mais qui peut aussi se montrer particulièrement désobéissant.

Les points positifs

Les principaux traits caractéristiques du dogue du Tibet sont le calme dont il fait preuve ainsi que son sens de l’observation et de la protection de son maître et de sa famille. S’il est peu affectueux, il est fidèle et ne lâche jamais sa mission de protection des siens.

Il est très indépendant et se refuse à suivre les ordres sans réfléchir. Mais il est aussi loyal, très respectueux et sérieux.

Le dogue du Tibet est peu actif, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cependant il préfère vivre au grand air plutôt qu’enfermé toute la journée.

Les points négatifs

Si le dogue du Tibet est doux et calme, il est cependant imprévisible et peut se montrer désobéissant, voire réagir de façon impulsive à la moindre suspicion de danger. Son indépendance lui laisse la possibilité de faire face à la solitude sans problème, mais en échange, le caractère exclusif du dogue du Tibet ne lui permet pas vraiment de s’adapter facilement aux inconnus ni aux plus petits de la famille.

Le dogue du Tibet se familiarise difficilement avec les enfants, car trop sensible aux gestes brusques qu’il pourrait interpréter comme une menace. De plus, sa carrure large et imposante pourrait l’amener à avoir des mouvements inadaptés auprès les plus jeunes.

De caractère très solitaire, le dogue du Tibet est peu affectueux. Il ne saura que très difficilement partager des moments de vraie tendresse avec ses maîtres.

Ce molosse tibétain est un chien qui doit pouvoir profiter de grands espaces, courir et évoluer en pleine nature. La vie en appartement ne saurait être adaptée en raison de sa taille et de son besoin d’être au grand air.

Dogue du Tibet : ses caractéristiques physiques

Aspect général

Sa taille imposante le place parmi les chiens les plus gros du monde. Il n’est cependant pas exempt d’une certaine souplesse et sa carrure s’accompagne d’un port de tête fier. Le dogue du Tibet possède tous les atouts physiques pour supporter facilement la vie en montagne, bien qu’il soit très facile pour lui de s’adapter à toutes les températures.

La tête du dogue du Tibet

Avec sa tête large et massive, le dogue du Tibet possède un museau au bout carré, assez large et très marqué. La truffe est large, les narines bien ouvertes. La mâchoire est forte.

La protubérance occipitale est très prononcée et son crâne est légèrement arrondi.

Ses yeux marron peuvent se nuancer du clair au brun très foncé et sont légèrement tombants et de forme ovale, appuyant son air observateur et toujours à l’affût des moindres mouvements qui l’entourent. Le stop marqué appuie son regard fort et impassible.

Des oreilles de taille moyenne et triangulaires tombent le long de la tête et se dressent portant vers l’avant au moindre bruit ou mouvement suspect.

Le corps du dogue du Tibet

Sa corpulence est imposante de par son poids, sa taille et son ossature massive. Le dos est très musclé et droit tandis que sa croupe est large et plate.

Sa queue est de longueur moyenne. Attachée haut dans le prolongement du dos, elle s’enroule légèrement au repos et se dresse quand le chien est actif ou en observation.

Les pattes sont larges et musclées également, très ancrées, en aplomb.

chien dogue du tibet
Sa taille imposante le place parmi les chiens les plus gros du monde.

Dogue du Tibet : robe, couleur et entretien

La robe du dogue du Tibet

Le dogue du Tibet présente une robe à poils longs, droit et souple. Elle est très fournie et dense, pouvant former une crinière autour de la tête, quoique moins fournie chez les femelles. Cette couche supérieure est doublée par un sous-poil plus fin et très abondant, épais et légèrement plus court, qui crée une véritable protection. Cette sous-couche très épaisse de poils lui permet de résister facilement à des températures très basses et donc d’affronter le froid des montagnes. Elle lui permet également de s’adapter à des températures plus chaudes.

Les couleurs du dogue du Tibet

Le dogue du Tibet a peu de variations de couleur.

  • Noir soutenu avec ou sans tâches fauves
  • Bleu avec ou sans tâche fauve
  • Châtain ou marron pouvant tendre vers du roux ou du doré, fauve soutenu

Les tâches fauves apparaissent sur le dessus des yeux, sur le museau ou sur la partie inférieure des membres. On peut également apercevoir des taches blanches sur le revers des pattes et même une étoile blanche sur le poitrail.

Comment entretenir son dogue du Tibet

Son poil très épais, abondant et fourni, demande un brossage régulier pour rester souple, doux et propre.

Sa robe opère deux mues par an environ. Durant ces périodes, le brossage doit être quasi quotidien. Afin d’éliminer le maximum de poils morts et permettre à la nouvelle robe de prendre place et de garder sa souplesse naturelle.

La coupe des griffes fait partie de l’entretien nécessaire et ne doit pas être négligée.

Anecdotes sur le dogue du Tibet

Certains écrits d’Aristote relatent le combat du chien d’Alexandre le Grand, Péritas, contre un lion. Décrit comme un animal grand, fort, puissant et intrépide, le récit donne une description parfaite du dogue du Tibet avec sa crinière et sa taille imposante, capable de tenir tête au maître des animaux.

À lire également : le Dogue Allemand.


À retenir sur le Dogue du Tibet

Taille : 61 à 68 cm pour la femelle, de 66 à 71 cm pour le mâle.

Poids : 64 à 82 kg.

Santé : il faudra travailler la socialisation pour pallier son indépendance. Vous devez surveiller les maladies oculaires, les signes d’épilepsie, les problèmes de hanches.

Espérance de vie : 10 à 14 ans.

Un chien pour les enfants ? Très peu obéissant, peu affectueux et avec une tendance à avoir des gestes très amples dus à sa corpulence, il n’est pas toujours adapté pour une famille avec des enfants trop jeunes.

Le dogue du Tibet est-il facile à éduquer ? Il est important d’effectuer un vrai travail d’éducation et de socialisation ; il est très têtu et très peu obéissant, il est peu recommandé pour des maîtres novices.