Carlin

Adorable carlin beige dans les feuilles d'automne.

Race : LOF I Taille : Moyenne I Espérance de vie : 12+ I Caractère : Facile I Entretien : Poils courts  I Nomenclature FCI : groupe 9, section 1.1, n°252 I Origine : Chine.

Le Carlin est un chien sociable, joueur, têtu et affectueux 

Les origines du Carlin : controverses et évolution

Des origines controversées

Les origines du Carlin sont très controversées. Une chose est sûre, il s’agit d’une race très ancienne (peut-être même 3000 avant JC) originaire de Chine. Les premières traces de son existence auraient été découvertes dans la ville de Gullin.

Deux théories circulent sur les origines du Carlin. Il descendrait d’un type mâtin miniature (des chiens comme le Mastiff ou le Dogue anglais) et son museau serait obtenu suite à l’écrasement des os de son museau pendant sa jeunesse.

Ces deux théories sont inexactes. Le Carlin est une race complètement différente des deux autres molosses, notamment sur les structures osseuses du crâne, ce qui prouve qu’il n’y aucun lien de parenté. Concernant la seconde théorie, si les éleveurs avaient effectivement écrasé les museaux des chiens, ça ne se serait pas répercuté sur la race, cela n’aurait touché que l’individu en question. De plus, les chiens avec ce type de museau semblent avoir été présents en Chine bien longtemps avant l’ère chrétienne. La preuve en est avec un écrit de Confucius en 551 avant JC qui mentionne des chiens à gueule courte.

Les seules sources d’informations concernant les chiens chinois sont des illustrations. Elles sont très stylisées, s’agissant d’oeuvres d’art orientales. Ces illustrations tournent majoritairement autour de trois races : le Chien-lion, le Pékinois, et le Lo-Sze. Il semblerait que le Carlin soit un descendant de ce dernier. C’était un chien assez semblable au Pékinois mais avec un pelage court et lisse. 

La principale exigence concernant le Lo-Sze était sa taille, il devait être le plus petit possible. Son pelage devait être court et sa peau élastique. Les trois rides sur le front était un élément essentiel puisqu’elle représentait « la marque du prince », autrement dit, elles ressemblaient aux caractères chinois traduisant le mot « prince ». Son corps était compact et sa mâchoire était carrée. Certains chiens avaient la queue coupée, mais la queue enroulée était admise.

Ces chiens étaient élevés à l’abri des regards derrière les remparts des cités sacrées ou des palais impériaux. Véritables chiens de l’aristocratie chinoise, ils bénéficiaient de conditions privilégiées.

Voyage vers l’Europe

Les échanges commerciaux existaient déjà en 200 avant JC entre la Chine et le monde occidental, notamment avec la soie. Au XVIème siècle, des relations commerciales se sont ouvertes avec le Portugal en 1516 et avec l’Espagne en 1575. Au XVIIème siècle, c’est au tour des Hollandais de commencer des échanges avec la Chine.

En Russie, une célèbre anecdote raconte l’histoire d’un petit chien qui aurait sauvé la vie de Guillaume le Taciturne, ce qui lui vaut une belle popularité à la cour. Elle est racontée dans Actions in the Low Countries de Sir Roger William en 1618. Cette anecdote se serait déroulée dans les années 1570. Lors d’une attaque surprise par les Espagnols contre les Hollandais, un petit chien du nom de Pompey aurait réveillé son maître en lui sautant au visage. Selon les différentes descriptions du chien, on peut penser raisonnablement qu’il s’agisse d’un Carlin, bien qu’il ne soit pas similaire en tout point au Carlin moderne, la race ayant bien évolué par la suite.

À la fin du XVIIème siècle, le Carlin se fait de plus en plus présent dans d’autres pays d’Europe comme la France, l’Italie ou encore la Saxe.

Le Carlin du XIXème à nos jours

Au début du XIXè, sa popularité décline. En cause, les effets de mode et un changement dans ses caractéristiques physiques. À force de croisement, le Carlin a failli perdre son masque noir et son pelage est devenu dur et hirsute. 

Le véritable élevage des Carlins commence au milieu du XIXème siècle. Avec l’avènement des concours de race et l’interdiction des combats de chien, certaines personnes voulaient pouvoir exhiber la supériorité de leur chien. Les expositions canines et les compétitions ont donc remporté un franc succès dans les années 1860. Les tricheries et les faux pedigrees allaient bon train jusqu’à ce que le Kennel Club, fondé en 1873, ne commence à enregistrer le pedigree des chiens ainsi que leurs victoires en concours. Avec cette nouvelle norme et ce regain de sérieux des concours et expositions, deux lignées ont semble-t-il dominé : la lignée Morrison avec des Carlins plutôt doré/abricot et la lignée Willoughby avec des Carlins plus beige argenté.

Une autre lignée venant de Chine apporte un peu de sang frais à la race. En 1860, Lamb et Moss ont été ramenés de Chine en Angleterre donnant naissance à Click, l’un des Carlins les plus connus ! 

En 1883, le Pug Club anglais est fondé et a rapidement établi un standard. Le Carlin noir commence à être reconnu en 1886, bien qu’il devait sûrement exister bien avant. Il faisait leur apparition dans des portées de chiens beiges et étaient souvent très vite éliminés.

À la fin du siècle, sa popularité décline à nouveau. En cause, de nouveaux rivaux sous le nom de Loulou de Pomeranie et Pékinois.

Dans les années 1960, le Carlin regagne en popularité en Angleterre grâce au Duc et à la Duchesse de Windsor qui ne se déplaçaient jamais sans leurs Carlins. Cette nouvelle popularité lui permet également de reconquérir la France.

De nos jours, le Carlin retrouve une véritable hausse de popularité grâce à Internet.

Portrait d'un chien Carlin beige.
Le Carlin existe en deux couleurs : beige et noir.

Quel caractère a le Carlin ?

Les qualités du Carlin

Le Carlin est un chien très affectueux et très câlin. Il adore son maître. Un peu collant, il veut partager toutes les activités de son maître. Pas de soucis pour les promenades, il les adore. Joueur et farceur, il égaye le quotidien. C’est un chien digne et intelligent, toujours de nature enjouée.

Les défauts du Carlin

Un peu têtu, il demande une éducation ferme et précoce. Il peut parfois se montrer réservé envers les étrangers. Il déteste la solitude.

Carlin faisant les yeux doux.
Ses yeux ont une expression douce, à la fois soucieuse et affectueuse.

Le Carlin : ses caractéristiques physiques

Aspect général du Carlin

La Carlin est un chien compact et trapu qui s’inscrit dans un carré. Il est de taille moyenne avec une face aplatie.

Zoom sur la tête du Carlin

Le Carlin possède une tête assez large, mais proportionnée au reste de son corps. Elle est ronde, mais pas en forme de pomme. Son crâne ne porte pas de sillon et les rides sur son front sont clairement dessinées sans être exagérées. Sa truffe est noire avec des narines bien ouvertes. Son museau est court, tronqué et carré. Il n’est pas retroussé. 

Ses yeux ou son nez ne doivent jamais être gênés ou cachés par des rides excessives. 

Concernant sa mâchoire, elle présente un léger prognathisme inférieur. La partie basse de sa mâchoire est large et ses incisives inférieures forment une ligne presque droite.

Ses yeux sont de couleur foncée, plutôt grands et de forme globuleuse. Ils ont une expression douce, à la fois soucieuse et affectueuse. Son regard est brillant et plein de feu quand le chien est excité. Les yeux ne doivent jamais être exophtalmés, proéminents ou laissant paraître des traces de blanc lorsque le chien regarde devant lui.

Les oreilles du Carlin sont minces, petites et douces comme du velours au toucher. Deux formes sont admises dans le standard. 

  • L’oreille en rose : des petites oreilles tombantes qui se replient en arrière pour découvrir le conduit externe.
  • L’oreille en bouton :  le pavillon retombe en avant, l’extrémité étant tout contre le crâne, de façon à recouvrir l’orifice de l’oreille.

Durant les concours canins, une préférence va à l’oreille en bouton.

Le corps du Carlin

L’encolure du Carlin est légèrement galbée, de façon à rappeler la forme convexe d’un cimier (crête de casque), fort, épais, et d’une longueur suffisante pour porter fièrement la tête.

Son corps est court et cob. La ligne du dessus est droite, ni voussée, ni plongeante. Sa poitrine est large et les côtes bien cintrées. Elles s’étendent bien en arrière.

Ses épaules sont bien obliques et ses avant-bras antérieurs sont très forts et droits de longueur modérée et bien placés sous le corps. Les pieds avant et arrière ne sont pas aussi longs que les pieds dits “pieds de lièvre”, mais pas aussi ronds que les pieds dits “pieds de chat”. Les doigts sont bien séparés et les ongles sont noirs.

Ses membres postérieurs sont également très forts et de longueur moyenne. Ils sont bien sous le corps, droits et parallèles quand ils sont vus de dos. Ses genoux sont bien angulés.

La queue est attachée haut, formant une boucle serrée sur la hanche. La double boucle est très recherchée et appréciée lors des concours.

Si le Carlin est vu de devant, les membres avant doivent se lever et se poser à l’aplomb de l’épaule. Les pieds doivent rester bien dirigés vers l’avant, sans tourner ni en dedans, ni en dehors.

S’il est vu de dos, le mouvement doit également être dans l’axe du corps. Action puissante des antérieurs qui se portent bien en avant. Les postérieurs se déplacent librement en mettant bien en jeu l’articulation du grasset. Capable d’un mouvement régulier avec une bonne propulsion.

Quels sont les défauts pénalisés lors d’un concours canin ?

  • Les narines pincées et les rides excessives sur le nez ne sont pas tolérées et seront pénalisées.
  • La mâchoire déviée latéralement, les dents ou la langue visible quand la bouche est fermée sont trois défauts très graves et doivent être pénalisés en conséquence.

Défaut entraînant l’exclusion d’un concours

  • Chien agressif ou peureux.
  • Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié. 

Adorable Carlin jouant à la balle.
Carlin jouant à la balle.

Le Carlin : robe, couleur et entretien

La robe du Carlin

Le poil est fin, lisse, doux, court et brillant. Il n’est ni dur, ni laineux.

Les couleurs du Carlin

Le poil peut être de couleur argent, abricot, fauve ou noir. Chaque couleur est nettement définie afin de souligner le contraste clair entre la couleur de la robe, la « trace » (une raie noire s’étendant de l’occiput à la queue) et le masque. Les marques sont nettement définies. Le museau ou le masque, les oreilles, les grains de beauté sur les joues, la marque du pouce, le losange du front et la raie du dos sont aussi noirs que possible.

Comment entretenir mon Carlin ?

L’entretien du Carlin est facile. Un brossage hebdomadaire est suffisant. Un nettoyage des plis de la face une ou deux fois par semaine est nécessaire.

3 choses à savoir sur le Carlin

#1 – La reine Marie Stuart (1542-1587) avait fait remplacer tous ses Cavaliers King Charles par des Carlins pour suivre la tendance de l’époque.

#2 – Le roi Louis XV (1710-1774) a introduit le Carlin à la Cour de France et la Marquise de Pompadour avait fait du Carlin son chien favori.

#3 – La reine Marie-Antoinette (1755-1793) a fait venir de Vienne son Carlin Mops.

Ce qu’il faut retenir sur le Carlin

Taille : moyenne

Poids idéal : entre 6,3 et 8,1 kg (de muscles – il ne faut pas le confondre avec de l’obésité). 

Santé  : sensible aux écarts de température, surtout à la chaleur. Problèmes respiratoires à cause de son nez. Mise bas difficile pour les femelles. Il peut être sujet à l’embonpoint.

Un chien pour les enfants ? Ce chien s’entend bien avec les enfants. Il adore jouer et être câliné.
Le chien est-il facile à vivre ? C’est un chien très affectueux, joueur, et très proche de son maître. Il supportera mal la solitude. Il doit avoir un maître attentionné et disponible pour lui.

Déposer un commentaire